Le Vieux-Lyon, secret et insolite - Les Demeures de Morphée - 8 Gites de charme dans le Vieux-Lyon

La petite rue Tramassac

 

Histoire :
Au IIIe siècle, les habitants de Fourvière, la ville haute de Lugdunum, se sont vus privés de leur alimentation en eau et contraints de descendre vers la Saône. Ils bâtirent alors tout un quartier dont la rue Tramassac formait le coeur de la cité, au pied de la colline et non loin de la primatiale.

En 1650, la rue a été prolongée au nord à la rue de Gadagne, offrant une meilleure circulation dans le quartier, traçant ainsi une parallèle à la rue Saint-Jean.

La petite rue Tramassac est un passage entre le flan des maisons qui relie la rue du Bœuf à la place de la Baleine et à la Saône.

C'est en découvrant le sens du nom Tramassac que le parcours de la grande rue Tramassac à la petiterue Tramassac prend tout son sens. En effet, Tramassac vient de Trans marsaut : au-delà du Marsaut, un bras d'eau qui se jetait dans la Saône !

On raconte :
Guignol appelle en zézayant la rue Tramassac la « rue des Trois massacres » ! Il n'a pas tout a fait tort puisqu'en 1930 40 personnes périrent dans la rue Tramassac lors de l'éboulement de la colline infiltrée d'eau. Les gravas projetés alors sur la rue emportèrent également de nombreuses richesses architecturales dont plusieurs maisons gothiques et Renaissance ainsi que le fameux hôtel du Petit
Versailles.


 

 

 

L'histoire de la petite rue Tramassac remonte loin dans l'époque médiévale, son étroitesse prouve qu'elle n'a connu aucun réaménagement complet lors des reconstructions successives.

Le nord de la rue Tramassac devint au XVIe siècle la rue du Bœuf lorsque fut sculptée la statue de bœuf, située dans la niche qui fait l'angle avec la place Neuve Saint Jean.

 

 

C'est ici que vous trouverez Le Petit Tramassac

www.lepetittramassac.fr